• Facebook Social Icône
  • Instagram
  • LinkedIn Social Icône
  • Twitter Icône sociale

©2019 by Infinite-Resources
www.infinite-resources.fr

  • Infinite Resources

Quand les agriculteurs adoptent l’économie circulaire: bénéfices financiers, alimentaires et écolos!

Nous avons rencontré une micro entreprise de cultivateurs de café biologique dans la cafetera du nom de La Arzacia et un agro industriel qui lui se situe plus au sud dans la Valle del Cauca, du nom Grajales Group. Si le premier réalise quelques dizaines de milliers d’euros de CA avec 6 travailleurs à temps plein, et la deuxième plusieurs dizaines de millions d’euros avec plus de 1000 salariés, les deux mettent en œuvre des pratiques circulaires que nous décryptons dans cet article !


Les meilleures pratiques circulaires au sein de leurs cultures :


- Sans surprise, les deux acteurs réalisent du compost :


A partir des fruits, des cosses de café, et des déchets organiques, autant de "déchets" riches en apports énergétiques ! Chaque ingrédient de ce compost joue un rôle spécifique en fonction de son usage : la banane va apporter le potassium, tandis que les écorces de café vont apporter les nutriments utiles au café… C’est pourquoi chacun réalise plusieurs types de compost, plus ou moins riches et avec des destinations différentes : soit pour l’ensemencement du grain, soit pour le café, soit pour les plantations de fruits etc. L’impact économique est direct : économie d’achats d’engrais aux grands chimistes (Bayer etc), et économie des coûts nécessaire pour se débarrasser de ses déchets !


Par ailleurs, même si la culture de café fait une récolte par an avec ces techniques versus deux pour ceux qui utilisent des produits chimiques, elle assure la préservation de ses sols, là où ceux qui utilisent la chimie épuisent leurs sols en 3 ans et doivent multiplier les engrais pour maintenir la qualité du café!


- Les deux entités s’appuient sur la biodiversité pour réduire leurs achats en pesticides et autres produits chimiques :



Pour Grajales, l’entretien d’une forêt préservée en bordure de chaque culture et pour la ferme de café le maintien de nombreuses espèces d’arbres au sein de la culture sont deux stratégies qui visent à un seul objectif : permettre aux oiseaux, araignées, et insectes d’assurer un équilibre au sein des organismes présents sur les cultures !


Sur le lieu de la culture de café cohabitent avocatiers, bananiers, manguiers, et les chutes de branche au sol permettent de conserver l’humidité du sol et de maintenir les micro-organismes dans la terre. Les poulets jouent un rôle eux aussi en aérant cette dernière ! Bref chacun a sa place, et cela évite aux bactéries et insectes tenaces de dévorer les cultures. Et si jamais cet écosystème ne régule pas ces indésirables, il existe un dernier compost à base d’ail et de coriandre.


Les meilleures pratiques dans leur processus de transformation :


Les grains de café sèchent au soleil, et sont cuits sur un poêle alimenté par les plants de café coupés de la saison précédente. En effet, chaque année, les plants sont rabotés pour repousser à hauteur d’homme et faciliter la récolte. Rien n’est perdu !


Le groupe Grajales produit des fruits et légumes vendus dans toute la Colombie mais aussi exportés ! Ces aliments se périment très vite s’ils ne sont pas consommés ou transformés dans des délais brefs. L’entreprise a donc innové pour permettre aux cantines, écoles et consommateurs de consommer les fruits d’une autre manière que frais, tout en s’adaptant au marché local qui a peu de moyens pour préserver la chaîne du froid : compotes, extraits de pulpe sont autant de produits qui servent ces ambitions ! Le groupe a poussé la réflexion encore plus loin pour sécuriser sa production de raisins : ils ont développé le matériel industriel pour faire fermenter le raisin, et c’est le plus grand producteur de Colombie !


Quelques chiffres sur ces deux acteurs :


- Le groupe Grajales produit plusieurs centaines de milliers de tonnes de fruits par an, emploie plus de 1 000 personnes, et éduque la population locale sur la biodiversité et l’agriculture afin de sensibiliser la population à ces enjeux, ce sont près de 3000 personnes qui visitent ce centre tous les mois !


- Le cultivateur de café quant à lui emploie 6 personnes à temps complet sur une superficie d’un hectare, et produit plus de trois tonnes de café par an, avec une grande stabilité dans la production de celui-ci, ce qui n’est pas le cas des exploitations qui utilisent les pesticides.


Merci José et Fabian de nous avoir reçus et de nous avoir explicité leurs pratiques !




Avec le soutien de:

Avec le soutien de Saint Gobain Aptar Group Bengs et Atawa