• Facebook Social Icône
  • Instagram
  • LinkedIn Social Icône
  • Twitter Icône sociale

©2019 by Infinite-Resources
www.infinite-resources.fr

  • Infinite Resources

La gestion des déchets à São Paulo, représentative de toute l'Amérique du Sud !

Collecte et tri des déchets recyclables à São Paulo :


Aujourd’hui au Brésil, 80 millions de tonnes de déchets ménagers solides sont générées chaque année, et seulement 4% des déchets recyclables sont effectivement recyclés. A titre de comparaison, en France (qui est trois fois moins peuplée que le Brésil) nous générons 38 millions de tonnes de déchets ménagers chaque année et 20% des déchets recyclables sont triés en amont par les particuliers.


Pour se représenter 80 millions de tonnes de déchets, on peut imaginer que si Paris était recouvert de piscines olympiques les unes à côté des autres, avec ces 80 millions de tonnes de déchets on remplirait la moitié de ces piscines qui recouvrent Paris.


À São Paulo, comme en Colombie et en Equateur, la collecte des déchets recyclables n’est pas prise en charge par la collectivité, ce sont des acteurs locaux privés (comme les recicladores à Bogota), non organisés, qui s’occupent de leur ramassage. On parle d’un million de personnes au Brésil au total qui vivent avec 150 dollars par mois et qui œuvrent au sein de cette chaîne floue d’innombrables intermédiaires. Dans cet écosystème il n’y a pas de traçabilité, et de mauvaises conditions de travail pour tous les acteurs. Contrôlé par une mafia, l’écosystème est côtoyé par des coopératives comme Yougreen qui collectent les déchets recyclables auprès d’entreprises et d’écoles. Yougreen fait partie de ceux qui se sont professionnalisés. Hélas, ils collectent un très faible pourcentage des déchets recyclables.


Cette absence d’organisation publique et l’absence de système de tri a pour principale conséquence un très faible taux de recyclage de matières qui pourraient avoir une seconde vie : 4%. Au Brésil, le véritable enjeu aujourd’hui est davantage de collecter les déchets pour les mettre en décharges, que de les trier. Effectivement on estime que seuls 70% des déchets du Brésil sont collectés et mis en lieu sûr, le reste est dans la nature.


Heureusement, des initiatives privées passionnantes voient le jour pour résoudre ce problème de recyclage à São Paulo afin de récupérer cette richesse qui est dilapidée ! En voici quatre que nous avons rencontrées :


Résoudre le problème de traçabilité des déchets : le pari de Plataforma Verde.

Plataforma Verde souhaite révolutionner la traçabilité des déchets au Brésil et plus largement dans le monde une fois sa plateforme bien établie ! Créée en 2016, cette startup a beaucoup d’avenir pour lever le voile de l’économie grise des déchets !


Plataforma Verde a récemment réalisé un accord avec la préfecture de São Paulo afin d’enregistrer toutes les entreprises de la ville. L’objectif ? Pouvoir connaître (grâce à des codes-barres attribués aux recycleurs et transporteurs liés à une plateforme) le transporteur qui s’est chargé de la collecte et s’assurer de la destination des déchets !

Cette plateforme est en cours de déploiement mais permettrait d’évincer le système mafieux en place et d’augmenter considérablement le taux de recyclage.


Augmenter le taux de recyclage des particuliers en leur offrant des contreparties


Face à l’absence de collecte des déchets recyclables par la ville, Molécoola a décidé de créer des points de collecte franchisés sous forme de magasin afin de collecter le maximum de déchets recyclables auprès des particuliers.


- Comment font-ils venir les particuliers ? Grâce à des réductions sur leurs futurs achats en échange de leurs déchets recyclables ! Molécoola scanne les produits qu’ils récupèrent, fait le tri en plus de 46 catégories, et les vend aux recycleurs. Son enjeu est de créer du volume en ouvrant beaucoup de magasins afin d’augmenter ses quantités vendues et d’être rentable. Il espère passer de 10 boutiques à 40 d’ici la fin de l’année !


- Quel est le modèle économique ? Ses sources de revenus viennent de la vente aux recycleurs ainsi que des entreprises comme Omo qui le rétribuent pour le recyclage de ses produits ! Une des forces de Molécoola est de pouvoir dire à Omo : « j’ai récupéré 2 tonnes de tes bouteilles ce mois-ci », et ce grâce au scan de chaque article qui est apporté par des particuliers ! Omo en profite pour distribuer des coupons de réduction aux clients qui viennent recycler leurs bouteilles afin de s’assurer de leur fidélité.


Au total, grâce à Molécoola, ce sont ajourd’hui 50 tonnes de déchets recyclables par mois qui sont détournés de la décharge !


Permettre aux entreprises de collecter les biens qu’elles ont mis sur le marché et les recycler grâce à Terra Cycle

TerraCycle est implanté au Brésil depuis quelques années et noue des partenariats avec des entreprises pour gérer la logistique inverse de leurs produits : faire la communication auprès des particuliers sur cette possibilité, assurer la collecte et assurer le recyclage de ces produits difficilement recyclables. Par exemple, les particuliers peuvent envoyer gratuitement leurs éponges usagées à TerraCycle via la poste, puis l’entreprise gère leur transformation !


La force de TerraCycle réside dans trois choses :

- Sa capacité à générer une plateforme et à faire connaître la possibilité de recycler un produit auprès du grand public

- Sa capacité à récupérer les déchets auprès des consommateurs sur un territoire diffus à coûts réduits (grâce à des partenariats avec la poste)

- Sa connaissance fine des acteurs du recyclage qui lui permet de trouver le bon interlocuteur et le bon procédé pour chaque produit, même pour les plus difficiles à recycler !


En échange, le particulier reçoit des points qui lui permettent de faire des dons à des associations ou des écoles.

Le plus gros enjeu pour ce modèle est économique: le coût est élevé pour les entreprises qui n'ont pas de retour direct sur investissement (même si le consommateur est plus engagé), et le consommateur final n'a pas d'avantage économique à recycler ses produits.


Transformer les plastiques usés pour leur donner une nouvelle vie :

Wise (dont nous avons fait une vidéo ici) est un recycleur de plastique situé près de Sao Paulo qui a réalisé des investissements dans des machines pour donner une deuxième vie à tous types de plastiques ! Il leur donne deux vies possibles : une partie de ces plastiques est broyée, nettoyée puis transformé en granulés pour réintégrer des nouveaux packagings d’Unilever entre autres. L’autre partie est fondue pour être transformée en bois de plastique sous forme de traverse de chemin de fer, qui est vendue aux industries ferroviaires.


Lorsque l’on parle d’économie circulaire, le recyclage apparaît à la fin du cycle du produit, mais c’est par là que la prise de conscience commence : que devient ce packaging que je jette ? Et vous, savez-vous ce que deviennent vos déchets ?


Merci Bruno de Wise, Isabeau de TerraCycle, Rodrigo de Molécoola, et Antoine de Plateforma Verde pour leur temps et leurs explications !


ILS NOUS SOUTIENNENT: